Actualités

Discours d’adieu d’Obama : Que d’émotions…

obama

Le discours d’adieu du Président Obama fut très émouvant et ce n’est pas la « first lady qui dira le contraire.

Obama s’en va en décrivant les menaces de rassemblement qui pèsent pour la démocratie américaine mais s’appuie cependant sur une vision plus optimiste pour un pays qui semble politiquement plus divisée que jamais.

Le président Obama a rendu hommage à la première dame, ses filles et au vice-président Joe Biden lors de son discours d’adieu à Chicago. « Vous avez apporté de la fierté au pays, » a-t-il dit à sa femme en essuyant des larmes.

Il faut dire qu’Obama sait là où il met les pieds et les Américains vont le regretter. D’une simplicité extraordinaire pour l’homme que l’on dit le plus puissant du monde, Barack en tant que premier président afro-américain a reconnu la difficulté persistante des relations interraciales en Amérique : « Après mon élection, on parle d’une Amérique post raciale. Une telle vision, toutefois bien intentionnée, n’a jamais été réaliste… Maintenant, j’ai vécu assez longtemps pour savoir que les relations interraciales sont mieux qu’elles ne l’étaient il y a 10, 20, ou 30 ans, vous pouvez le voir, non seulement dans les statistiques, mais dans les attitudes des jeunes américains sur l’échiquier politique. Mais nous ne sommes pas où nous devons être. »

Lucide, Obama déclare avoir pris note des menaces outre-mer, y compris « les fanatiques violents qui prétendent parler au nom de l’Islam » et « autocrates dans les capitales étrangères qui voient l’économie de marché, l’ouverture vers la démocratie et la société civile elle-même comme une menace pour leur pouvoir ».

Le Président s’est rappelé ses jours comme organisateur communautaire dans certains des quartiers les plus durs de Chicago : « C’est où j’ai appris que le changement n’arrive que lorsque les gens ordinaires s’impliquent, s’engagent et s’unissent pour exiger ».

« Yes We Can » (Oui nous pouvons le faire) hurle Obama, évoquant le slogan de sa première candidature présidentielle et de le remplacer par « Yes we did » (Oui nous l’avons fait).

Tu vas nous manquer Prési. L’Amérique peut être fière de toi !

Source : senepeople.com

Commentaires
Haut

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer