Actualités

Burkina Fasso: le procès de Blaise Compaoré est…

Burkina Fasso l’ex parti au pouvoir , accuse le gouvernement d’acharnement et de  règlement de comptes à Blaise Compaoré et de son dernier gouvernement.

 

En octobre 2014, le pays avait connu une insurrection  populaire qui a entrainé la chute de l’ancien régime, qui en même temps avait causé beaucoup de dégâts humain et matériels.

 

Le Congrès pour la Démocratie et le Progrès  (CDP), dans un communiqué a dénoncé les poursuites contre l’ex-président Blaise Comparé et ses ministres « une violation manifeste de l’État de droit, au triple plan de leur recevabilité, de la nature des faits reprochés aux personnes inculpées et de l’instrumentalisation de nos institutions à des fins de règlement de comptes politiques ».

 

Que le régime actuel est entrain de mener une chasse aux sorcières contre les  « anciens ministres pourchassés par la vindicte du régime », dont le procès ouvrira le 27 avril prochain à Ouagadougou.

 

D’après la justice, Blaise Comparé et ses  34 compères pourraient courir d’une peine à perpétuité, ils ont été inculpés mais bénéficient d’une liberté provisoire avec interdiction de quitter le pays. A l’exception de deux ministres Clothilde Ky (déléguée au Budget) et Yacouba Ouédraogo (Sport) , qui n’avaient pas participé à ce Conseil, ont bénéficié d’un non-lieu.

 

Un conseil extraordinaire  des ministres du 29 octobre 2014, alors que la population,très remontée, manifestait contre toute modification de la Constitution. Mais rappelons que Blaise Compaoré s’était exilé en côte d’ivoire pour échapper à la colère de ses citoyens.

 

Senepeople.com

Commentaires
Haut

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer