Actualités

Les proches de Cheikh Amar au DG des Impôts et domaines:   Cheikh Tidiane Bâ, gère la boite qu’il dirige comme…

Cheikh Amar a reçu des Avis à Tiers Détenteurs (ATD) des services fiscaux de l’Etat du Sénégal. L’avis à tiers détenteur ATD permet au Trésor public de se faire payer ce que vous lui devez (impôts, pénalités et frais accessoires) à partir de votre compte en banque. Frustré, le patron « Holding Amar », concerné par cette mesure, a actionné après Assane Diouf, Cheikh Gadiaga pour insulter le Directeur général des Impôts et des Domaines, Cheikh Tidiane Ba, ainsi que le Ministre de l’Economie, des Finances et du Plan, Amadou Ba.

Le désordre semble régner dans le monde des affaires. Certains chefs d’entreprises qui se sucrent sur le dos des Sénégalais refusent tout bonnement de remplir leurs obligations fiscales. C’est le cas de Cheikh Amar de Tse, qui s’inscrit dans cette logique. Ainsi, l’homme d’affaires, frustré d’avoir reçu des Avis à tiers détenteurs, ordonne à ses seconds couteaux de s’acharner sur le Directeur général des Impôts et Domaines, Cheikh Ba et de son Ministre de tutelle, Amadou Ba.

Sous ce registre, il a été révélé qu’une fois, les Avis à tiers détenteurs sont envoyés à un homme d’affaires ou opérateur économique, les services compétents ont droit à la saisine de l’argent, planqué dans les comptes de cette personne ou l’entreprise. Etant dans cette situation, les proches de Cheikh Amar perdent le nord. Devant le fait accompli, au lieu de payer pour alimenter les caisses de l’Etat, les proches du patron du Tse, font un acharnement sans nom. Ces derniers, adoptent une posture d’activistes pour espérer être en mesure d’obtenir l’allégement de leurs dettes fiscales.

Ainsi, ils s’obstinent et font dans la répression verbale pour peindre un tableau noire aux protecteurs de l’économie nationale. N’appréciant pas la procédure ou refusant même, de passer à la caisse, le patron de « Holding Amar », Cheikh Amar se cache derrière ses bras armés, pour insulter à tout-va et de manière gratuite, le Directeur général des Impôts et Domaines, Cheikh Tidiane Ba et le Ministre de l’Economie, des Finances et du Plan, Amadou. C’est ainsi qu’après Assane Diouf, Cheikh Gadiaga, voulant servir de manière aveuglée ou loyale à son maître, s’est engagé à insulter les deux personnalités aux services de l’Etat du Sénégal.

Les invectives des proches de Cheikh Amar 

« Au lieu de promouvoir les hommes d’affaires Sénégalais, le DG des Impôts et Domaines, Cheikh Tidiane Bâ, gère la boite qu’il dirige comme un élément de son patrimoine. Agissant en bande organisée avec ses supérieurs hiérarchiques, il est en train de trouer les recettes de cette structure qui n’arrive plus à récupérer les montants escomptés », accusent ces proches de Cheikh Amar au DG des Impôts et domaines.

Et pour donner l’illusion au chef de l’Etat qu’il ne travaille pas pour sa chute, disent-ils, il a décidé de se lancer dans l’arène politique. « Cette poudre aux yeux distillée est d’autant plus manifeste qu’il a reçu une déculottée mémorable à la Médina. Malgré toutes les dizaines de milliards de FCfa, dont il dispose, il n’est pas capable de gagner une Mairie parce que limité intellectuellement et sevré de moyens », caractérisent-ils.

Selon eux, Cheikh Tidiane Bâ n’apparait à la Médina qu’à la veille des élections, pour y distribuer des billets de banque volés. « La politique il n’en a cure, il s’agit juste pour lui de faire semblant de mouiller le maillot, pour continuer à bénéficier des privilèges, liés à la fonction qu’il occupe. A côté, il dessert son Chef. Car, étant obnubilé par l’accumulation de richesses issues du Trésor public. Ce qui fait qu’actuellement, l’Etat peine à mobiliser les fonds nécessaires pour répondre aux attentes des Sénégalais », relèvent-ils.

Ces troubadours » ou « opportunistes » autour de Cheikh Amar ont même eu, le culot ou l’outrecuidance, de demander au Président Macky Sall de balayer ceux qu’ils appellent les mauvaises herbes de l’administration Sénégalaise. Cette volonté est émise juste pour faire quitter Cheikh Ba, placéeà la tête des Impôts et domaines, considéré par eux, comme un marchand d’illusions, entravant la bonne marche de l’économie.

Plus virulent encore, ces mêmes proches de Cheikh Amar, poussant le bouchon plus loin, accusent les hauts fonctionnaires, perchés à la tête de la direction des Impôts et Domaines de s’enliser dans des manœuvres frauduleuses. « A un moment où les hommes d’affaire Sénégalais ont du mal à sortir la tête de l’eau. Comment émerger dans un pays où les fonctionnaires milliardaires sont plus nombreux que les investisseurs nationaux. L’origine de leur fortune provient pour l’essentiel, de la prévarication des ressources publiques », protestent-ils.

Appel du pied refusé 

Et pourtant dans un passé récent, précisément le 27 novembre dernier, ces mêmes proches de Cheikh Amar cherchaient vaille que vaille à trouver une planque, à côté du Ministre du Budget, Birima Mangara. Ces activistes écrivaient dans un organe de presse de la place, pour chanter les louanges de ce Ministre du Budget. Au même moment, ils faisaient porter à l’actuel Ministre de l’Economie, des ambitions de devenir présidentiable à l’avenir. Avant de revenir à la charge pour caricaturer de manière globale, ces hauts responsables des Impôts, taxés de sangsues au pinacle de la Direction générale des Impôts et Domaines.

Mais, le Sénégalais intelligent relève dans leur démarche, un paradoxe et une rancune injustifiée. Alors que leurs écris mettent à nu, une légèreté sans faille, un vide de substance intellectuelle monumentale dans leurs approches. Ces lignes, dressées et destinées au Directeur des Impôts et Domaines, l’expliquent bien. « 1200 milliards de francs CFA d’impôts collectés en 2016 sur des prévisions tablant sur 2182 milliards pour 2017, les chiffres disent le travail effectué par les équipes de la DGID, grâce aux réformes entreprises dans une stratégie d’élargissement de l’assiette fiscale. M. Ba est à la manœuvre pour relever l’un des défis majeur de l’économie sénégalaise : limiter les apports extérieurs dans le budget national », défendaient les actuels détracteurs de Cheikh Tidiane Ba et d’Amadou Ba.

Nommé à la tête de la Direction générale des Impôts et Domaines (DGID) en novembre 2014, Cheikh Ahmed Tidiane Ba, ces mêmes personnes disaient qu’il est un pur produit de la maison qui conduit, au pas de charge, les réformes fiscales, initiées par l’État. 

Voyant que cet appel du pied ou cette forme de chantage n’a pas prospéré, Cheikh Amar et ses « béni-oui-oui », changent de perception ou de vision. Cette fois, ils optent pour jeter l’opprobre ou l’anathème sur des personnalités ayant les destinées de l’économie du pays en main. Puisqu’ils estiment tout simplement, être mis dans l’obligation de payer la fiscalité à l’Etat.

Alors que ces taxes doivent permettre à l’Etat de soutenir les multiples projets et programmes, destinés à abréger la souffrance des populations. Refusant cette obligation de paiement, Cheikh Gadiaga, en vrai pyromane, transforme les louanges d’hier, en insultes. Qui comprend donc, le Sénégal ? Si ceux qui amassent des montants refusent de suivre les exigences de l’Etat, comment l’Etat pourra satisfaire la demande sociale ???

4 commentaires

4 Comments

  1. Sorel

    7 décembre 2017 at 11 h 28 min

    C’est dommage pour ces pourritures qui passe tout le temps a critiqué cheikh ba un des avenirs de notre pays

    • Wahkatou deugg

      7 décembre 2017 at 14 h 40 min

      Sénégal leur fort c’est critiqué ceux qui travaillent on m’a une fois dit ne répond pas à celui qui critique ta démarche il.le fait parce que tu es devant lui Cheikh Ba le meilleur DG des impôts de tous les tps les chiffres sont là continue le meilleur est à venir

  2. Ciss

    7 décembre 2017 at 15 h 08 min

    Bayil len diambour Bi ki nite kou sey la liguey rek la kham mais continuer à critiquer rek comme lolou rek ngen meun

  3. Anonyme

    7 décembre 2017 at 17 h 47 min

    On dirait que notre cher DG Mr cheikh Ba fait très peur et c’est ce qui explique qu’il soit attaqué de partout.Mais ils pourront rien n’y faire daye demé t kene douko teyé

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Haut

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer