Actualités

Pourquoi certains hommes ou femmes parlent et insultent pendant un rapport

L’écrasante majorité des hommes et des femmes parlent pendant qu’ils font l’amour et les propos sont assez directs.

Curieusement, les échanges verbaux lors des relations sexuelles n’ont pas fait l’objet de beaucoup d’études, rappelle Le Figaro. Celle-ci a été réalisée par une équipe de l’université de Sydney, et a concerné des personnes âgées de 18 à 69 ans.

Premier constat : neuf personnes sur dix affirment parler pendant l’acte sexuel. Cette proportion est une surprise, puisqu’elle est nettement supérieure à ce qui avait été observé à l’occasion d’autres enquêtes, qui datent quand même des années 70 ou 80.

La même question se pose concernant la nature du langage, puisque les termes crus, très directs, sont particulièrement fréquents.

Les auteurs ont pu dégager deux grands types d’échanges verbaux, poursuit Le Figaro : ceux centrés sur soi, qualifiés d’ « individualistes », et ceux axés sur le partage, qualifiés de « mutualistes ». Quatre thèmes principaux ressortent dans chaque catégorie.

• Propos individualistes : domination sexuelle (« prends-la »…), soumission sexuelle (« fais-moi ce que tu veux »…), possessivité (« tu es ma XXX »….), description de fantasmes (« imagine que quelqu’un d’autre est là »…).
• Propos mutualistes : feedback (« oui, oh ! mon dieu »…), instructions (« plus vite »…), renforcement (« j’aime quand tu fais ça »…), intimité (« mon amour », « je t’aime », « tu es belle »…).

Les deux sexes privilégient plutôt les échanges mutualistes et il s’agit d’ailleurs des propos qui induisent la plus grande satisfaction sexuelle. Il existe cependant des différences entre les hommes et les femmes. Ainsi, les femmes sont davantage dans le registre de l’intimité et en éprouvent une réelle satisfaction.

Elles sont aussi plus enclines que les hommes à dire des messages de soumission et à entendre des messages de domination. Et on trouve plus d’hommes que de femmes qui aiment entendre des messages de soumission.

Comme l’expliquent les chercheurs, cités par Le Figaro, « il est possible que les hommes et les femmes aient tout simplement appris à dire ce que l’autre sexe aime entendre et retirent du plaisir de ce plaisir ressenti par l’autre ». Evidemment, on parle ici de constations générales, sujettes à bien des nuances individuelles.

Commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Haut