Actualités

Procès Imam Ndao : « Le Sénégal mène une guerre qui n’est pas la sienne »

Le procès de l’imam Ndao et ses 29 co accusés a repris, ce jeudi, avec les plaidoiries des avocats. Me Mamadou Guèye, avocat de l’accusé Mohamed Ndiaye, a dénoncé une irregularité dans ce dossier où le parquet a requis à l’encontre de son client la perpétuité aux travaux forcés. « J’invite la  chambre à acquitter Mohamed Ndiaye. Ce dossier est un immense vide parce que l’accusation n’a pas étanché notre soif de vérité et de preuves. Le Sénégal est en train de mener une guerre qui n’est pas la sienne », a plaidé l’avocat.

« Tous les actes qu’il avait commis au Nigéria, l’ont été sous la contrainte, mais il n’y a pas eu d’intention. Il n’a pas agi de façon intentionnelle », a déclaré Me Guèye.

À son tour, Me Ndéné Ndiaye, a, aussi, défendu l’accusé poursuivi pour plusieurs chefs d’inculpations. « Le procès est spécial. Les faits évoqués sont inédits. Au delà de l’intérêt jurisprudentiel que relève ce procès, il y a aussi un intérêt social », a-t-il dit avant de tenter de dresser le portrait de son client qu’il décrit comme instable

« M. Ndiaye, un individu instable »

« Mohamed Ndiaye est né en 1984 à Libreville (Gabon). C’est à son sevrage qu’il a été rapatrié et confié à son grand-père, chef d’une famille nombreuse. Celui-ci dépourvu de moyens, vivait dans des conditions précaires. Il a été à l’école jusqu’en classe de 3e. Après avoir quitté l’école, il devient un an durant élève à l’école coranique, ensuite mécanicien, maçon puis pêcheur. Marié à 23 ans, il a des enfants. Il fait alors la navette entre la Mauritanie et le Sénégal. C’est alors qu’il a rencontré Aboubacar Guèye un recruteur jihadiste. Mohamed Ndiaye est un individu instable. C’est un personnage taciturne », dit l’avocat qui note toutefois que son client n’a jamais posé d’acte terroriste.

Le procès de l’imam Ndao et ses 29 co accusés a repris, ce jeudi, avec les plaidoiries des avocats. Me Mamadou Guèye, avocat de l’accusé Mohamed Ndiaye, a dénoncé une irregularité dans ce dossier où le parquet a requis à l’encontre de son client la perpétuité aux travaux forcés. « J’invite la  chambre à acquitter Mohamed Ndiaye. Ce dossier est un immense vide parce que l’accusation n’a pas étanché notre soif de vérité et de preuves. Le Sénégal est en train de mener une guerre qui n’est pas la sienne », a plaidé l’avocat.

« Tous les actes qu’il avait commis au Nigéria, l’ont été sous la contrainte, mais il n’y a pas eu d’intention. Il n’a pas agi de façon intentionnelle », a déclaré Me Guèye.

À son tour, Me Ndéné Ndiaye, a, aussi, défendu l’accusé poursuivi pour plusieurs chefs d’inculpations. « Le procès est spécial. Les faits évoqués sont inédits. Au delà de l’intérêt jurisprudentiel que relève ce procès, il y a aussi un intérêt social », a-t-il dit avant de tenter de dresser le portrait de son client qu’il décrit comme instable

« M. Ndiaye, un individu instable »

« Mohamed Ndiaye est né en 1984 à Libreville (Gabon). C’est à son sevrage qu’il a été rapatrié et confié à son grand-père, chef d’une famille nombreuse. Celui-ci dépourvu de moyens, vivait dans des conditions précaires. Il a été à l’école jusqu’en classe de 3e. Après avoir quitté l’école, il devient un an durant élève à l’école coranique, ensuite mécanicien, maçon puis pêcheur. Marié à 23 ans, il a des enfants. Il fait alors la navette entre la Mauritanie et le Sénégal. C’est alors qu’il a rencontré Aboubacar Guèye un recruteur jihadiste. Mohamed Ndiaye est un individu instable. C’est un personnage taciturne », dit l’avocat qui note toutefois que son client n’a jamais posé d’acte terroriste.

« Il n’a jamais a été surpris en train de faire la propagande. Il a dit qu’il a été à Abadam. Il a dit qu’il a subi la formation. Il a dit qu’il est rentré difficilement à Dakar, chez lui à Guédiawaye, où il a été arrêté 5 mois après son retour. Il a été l’accusé le plus prolixe. Il n’a jamais parlé de cette wilaya. Il n’y a aucune de ses dépositions qui révèle cette histoire de Wilaya. On n’a pas prouvé, l’existence la véracité, la consistance de ce projet. Il ne peut pas sur la base de simple accusation être condamné pour acte de terrorisme », a soutenu Me Ndéné Ndiaye.

« S’il savait ce qui l’attendait au Mali »

Qui se dit convaincu de l’innocence de son client.  « Il est parti dans l’euphorie avant d’avoir une déception. Mais, il n’a jamais touché à l’argent. Il était dans le groupe de Matar Diokhané. C’est un pauvre, il ne peut pas financer une opération de terrorisme. Il n’a pas été prouvé le blanchiment de capitaux. Où est ce qu’il a reçu des fonds pour tenter de les blanchir. Il ne peut pas être poursuivi pour blanchiment », plaide Me Ndéné qui souhaite que son client soit acquitté.

« Il fait parti de ceux-là qui se sont rendu dans le fief de Boko Haram.  Il a dit que c’est une erreur et que jamais il n’aurait fait le voyage s’il savait ce qui l’attendait au Mali », a dit son conseil.

Pour qui, condamner Mohamed Ndiaye sera une erreur. « Il doit être acquitté de ces chefs. Les faits pour lesquels ces personnes sont attraites devant vous sont des faits très graves. Mais la justice pénale c’est également la certitude. Il s’est repenti, il s’est amendé et a dit au juge d’instruction que s’il retrouvait sa liberté, il ne s’y hasarderait plus. Il est jeune, il mérite qu’on lui accorde la chance de se réinsérer dans la  société. La lutte contre le terrorisme ne doit pas être que judiciaire, mais elle doit être aussi sociale. Les charges qui pèsent sur lui sont énormes.  La peine qu’il risque est une peine capitale pour un jeune de 34 ans », a  signalé l’avocat.

« Il n’a jamais a été surpris en train de faire la propagande. Il a dit qu’il a été à Abadam. Il a dit qu’il a subi la formation. Il a dit qu’il est rentré difficilement à Dakar, chez lui à Guédiawaye, où il a été arrêté 5 mois après son retour. Il a été l’accusé le plus prolixe. Il n’a jamais parlé de cette wilaya. Il n’y a aucune de ses dépositions qui révèle cette histoire de Wilaya. On n’a pas prouvé, l’existence la véracité, la consistance de ce projet. Il ne peut pas sur la base de simple accusation être condamné pour acte de terrorisme », a soutenu Me Ndéné Ndiaye.

« S’il savait ce qui l’attendait au Mali »

Qui se dit convaincu de l’innocence de son client.  « Il est parti dans l’euphorie avant d’avoir une déception. Mais, il n’a jamais touché à l’argent. Il était dans le groupe de Matar Diokhané. C’est un pauvre, il ne peut pas financer une opération de terrorisme. Il n’a pas été prouvé le blanchiment de capitaux. Où est ce qu’il a reçu des fonds pour tenter de les blanchir. Il ne peut pas être poursuivi pour blanchiment », plaide Me Ndéné qui souhaite que son client soit acquitté.

« Il fait parti de ceux-là qui se sont rendu dans le fief de Boko Haram.  Il a dit que c’est une erreur et que jamais il n’aurait fait le voyage s’il savait ce qui l’attendait au Mali », a dit son conseil.

Pour qui, condamner Mohamed Ndiaye sera une erreur. « Il doit être acquitté de ces chefs. Les faits pour lesquels ces personnes sont attraites devant vous sont des faits très graves. Mais la justice pénale c’est également la certitude. Il s’est repenti, il s’est amendé et a dit au juge d’instruction que s’il retrouvait sa liberté, il ne s’y hasarderait plus. Il est jeune, il mérite qu’on lui accorde la chance de se réinsérer dans la  société. La lutte contre le terrorisme ne doit pas être que judiciaire, mais elle doit être aussi sociale. Les charges qui pèsent sur lui sont énormes.  La peine qu’il risque est une peine capitale pour un jeune de 34 ans », a  signalé l’avocat.

Seneweb

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

To Top