Actualités

Adul Sam-on, l’adolescent qui a joué un rôle crucial dans la grotte

Adul Sam-on, l’adolescent qui a joué un rôle crucial dans la grotte

Adul Sam-on faisait partie des douze jeunes footballeurs thaïlandais emprisonnés dans la grotte de Tham Luang avec leur entraîneur. Et si toute l’équipe a pu en être sortie saine et sauve, c’est en partie grâce à lui.

Adul Sam-on, quatorze ans, vient d’une région frappée par la pauvreté en Birmanie. Pour lui donner un meilleur avenir, ses parents l’ont confié il y a huit ans à un pasteur baptiste et sa femme dans le quartier thaïlandais de Mae Sai. Le garçon a pu aller à l’école et il s’est avéré être un excellent étudiant. En effet, Adul Sam-on parle cinq langues, dont l’anglais. Il était le seul à maîtriser la langue de Shakespeare parmi les prisonniers. Une compétence qui lui a permis de se faire le porte-parole du groupe auprès des secouristes britanniques.

“Quel jour sommes-nous?”
C’était le 2 juillet et l’équipe affamée était à ce moment bloquée depuis dix jours dans les ténèbres. Extrêmement poli, Adul a d’abord fait le geste du “wai”, le salut emblématique de la culture thaïlandaise. Il a ensuite immédiatement précisé qu’ils avaient besoin de nourriture et depuis combien de temps ils étaient pris au piège. “Quel jour sommes-nous aujourd’hui?”, demanda-t-il aux secouristes.

Après dix-huit jours de captivité, les derniers enfants et leur entraîneur ont été libérés mardi grâce à une opération de sauvetage massive qui a mobilisé des dizaines de plongeurs, médecins, soldats et autres secouristes.

Des apatrides sans protection juridique
Comme des dizaines de milliers d’enfants en Thaïlande, Adul est apatride. Ils appartiennent à des minorités ethniques et ont l’habitude de faire la navette entre la Birmanie et la Thaïlande. Au moins 440.000 apatrides enregistrés vivent en Thaïlande. Mais selon les Nations Unies, ils seraient même plus de trois millions. Souvent victimes de la violence ethnique en Birmanie, ils n’ont guère de protection juridique. Sans certificat de naissance, sans papiers d’identité ni passeport, Adul et les autres apatrides de Thaïlande ne peuvent se marier légalement, obtenir un emploi ou un compte en banque, posséder de biens ou voter.

Adul refuse néanmoins de se laisser décourager, dit son entourage. Ce passionné de football aime aussi jouer du piano et de la guitare. “C’est une merveille”, raconte à l’AFP le directeur de l’école Phunawhit Thepsurin. “Il est bon à la fois dans les études et dans le sport. Il a rapporté à l’école plusieurs médailles et certificats grâce à ses prouesses.”

La fierté de toute une communauté
L’adolescent fait désormais la fierté de toute une communauté et le rôle qu’il a joué dans la mission de sauvetage qui a tenu le monde en haleine durant plusieurs jours est salué par tous.

This handout photo taken by the Royal Thai Navy late on July 10, 2018 shows the last four Thai Navy SEALs giving a thumbs up after exiting safely from the Tham Luang cave in Khun Nam Nang Non Forest Park in Mae Sai district, Chiang Rai province following the rescue of the remaining four boys and their coach.
Thailand celebrated the successful mission to free 12 boys and their football coach from a cave on July 11, with the nation heaping praise on the rescue team as the triumphant tagline “Hooyah” pinballed across social media. / AFP PHOTO / ROYAL THAI NAVY / Handout / —–EDITORS NOTE — RESTRICTED TO EDITORIAL USE – MANDATORY CREDIT “AFP PHOTO / ROYAL THAI NAVY” – NO MARKETING – NO ADVERTISING CAMPAIGNS – DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS

Students celebrate in front of Chiang Rai Prachanukroh hospital, where the 12 soccer players and their coach rescued from the Tham Luang cave complex are being treated, in the northern province of Chiang Rai, Thailand, July 11, 2018. REUTERS/Athit Perawongmetha

Source: AFP, NY Times

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

To Top