Emmanuel Macron, Michel Onfray et le « doigt dans le cul »

Emmanuel Macron, Michel Onfray et le « doigt dans le cul »

Le philosophe Michel Onfray a soulevé une vive controverse après la publication de sa lettre ouverte adressée au chef de l’Etat, Emmanuel Macron. Cette empoignade verbale n’est pas prête de s’estomper. Il est indexé pour homophobie et a été désinvité sur France 5.
Michel Onfray s’en prend à Emmanuel Macron et n’y va pas de main morte. Sa “Lettre à Manu sur le doigté et son fondement” l’a mis en lumière. Et ce n’est pas demain que les projecteurs braqués sur lui vont s’éteindre. Le philosophe semble avoir une dent contre le président de la République. Mais, cette fois-ci, il y a comme un retour de bâton. En effet, des accusations d’homophobie sont formulées contre le philosophe après sa présentation osée d’une photo d’Emmanuel Macron et de deux jeunes en mauvaise posture. L’un d’eux, torse nu, y faisait un doigt d’honneur. Michel Onfray s’en était offusqué en ces termes : « Je me permets, en effet, cette familiarité, mon cher Manu (il l’a appelé « mon chéri »), car des photos t’ont récemment montré partout sur la toile aux Antilles enlaçant un beau black, bodybuildé en prison et luisant de sueur tropicale, ce qui semblait te ravir jusqu’au plus profond – si tu me permets l’expression…Le majeur dressé autour des autres doigts baissés évoque un phallus et le reste de la main, un scrotum. Traduction pour qui ne maîtriserait pas toutes ces subtilités lexicales, il s’agit tout bonnement d’un “doigt dans le cul”. Le doigt, on voit bien à qui il appartient, le cul, on se tâte – si je puis dire ! Est-ce le tien personnellement ? Auquel cas, c’est ton affaire, mais n’en fais pas un étalage public : un président, ça ne devrait pas faire ça comme dirait l’autre…” Ce n’est pas la plus belle lettre que Macron a reçue depuis qu’il est au pouvoir !
Ces allusions « salaces » de Michel Onfray ont suscité un tollé et lui ont valu des accusations d’homophobie et une déprogrammation sur France 5. Il devait y avoir un entretien avec un journaliste. Si ce n’est pas une censure ça… !