Actualités

TF CONNECTION : Un tandem de choc animé par l’amour authentique de la musique

TF CONNECTION est un duo de musiciens chanteurs formé de Fodé Ndiaye (Sénégalais) et Tony Mafé (Français). Deux artistes de grand talent et d’une spontanéité revigorante à souhait. Ils font partie de cette jeune génération et composent bien sur et volent déjà de leurs propres ailes en brillants auteurs-compositeurs-interprètes. Rencontre coup de cœur avec un duo connecté entre Dakar et Marseille.

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Fodé Ndiaye : Moi c’est Fodé Ndiaye lead vocal du groupe Pello et membre d’une collaboration qui s’appelle TF CONNECTION Dakar-Marseille

Tony Mafé : Moi c’est Tony Mafé comme le plat mafé puisque quand je suis arrivé au Sénégal, j’ai adoré le mafé donc j’en ai pris et j’en ai fait un nom de scène. Je suis artiste marseillais en France. J’avais un groupe sur Marseille qui s’appelle l’Accent. Aujourd’hui je suis un indépendant et artiste solo en France, au Sénégal on a fait l’union de deux cultures dakaroise et marseillaise.

Le parcours ? la rencontre ?

Tony Mafé : Le groupe est né à la base d’une amitié. Je suis venu en 2017 au Sénégal sans vouloir faire de la musique juste pour rencontrer une nouvelle culture, de nouvelles personnes. J’ai rencontré Fodé de façon occasionnelle et des liens d’amitiés sont tissés très forts. Outre l’amitié, il y avait deux passionnés de musique. Donc on a commencé à faire de la musique mais sans vouloir être professionnel juste pour s’amuser on va dire.  Et puis, on s’est rendu compte qu’il y avait quelque chose de fort qui s’est tissé entre nous et on a fait un petit titre qu’on a appelé « Tony Mafé » parce que j’ai tellement mangé tous les plats du Sénégal qu’on a fait une petite vidéo qui a été virale qui était mise sur la page « T’es de Dakar » et qui a été partagée dans tout le Sénégal.

Fodé Ndiaye : Petite précision, après de multiples va-et-vient, Tony était venu entre 3 ou quatre fois, c’est la troisième fois que l’aspect musique a été abordé, on a fait les scènes off. C’est en ce moment qu’on a senti que la fibre musicale était là. Il se trouve qu’il y avait une personne qui était à fond, un amoureux de la musique qui appréciait ce qu’on faisait et un partenaire financier qui décidé vraiment de nous envoyer chanter l’ouverture de la finale de l’élection Miss Sénégal 2019. Cette personne qui ne nomme William, qui a voulu investir sur deux talents, sur notre musique parce qu’il était séduit par la couleur que l’on dégageait par les deux cultures qui se ressemblaient autour de la musique.

Tony Mafé : Il m’a envoyé au Sénégal le 26 janvier 2019, sur la scène de Miss Sénégal qu’on a partagé avec Fodé. On a fait notre titre « Tony Mafé » et notre titre Connexion Dakar-Marseille ou on explique la rencontre entre Fodé et moi. On a partagé ce titre là sur la grande scène du Grand théâtre de Dakar. Et les choses avaient vraiment été virales en ce moment-là puis que devant plus de 1800 personnes on voit un toubab qui gesticule qui bouge dans tous les sens sur une grande scène, Fodé avec la guitare. Ce monsieur qui est devenu le producteur du projet a senti qu’’on pouvait aller plus loin dans la musique en finançant le titre « Tony Mafé » et qu’il avait de jolis textes à mettre en avant avec le projet Dakar- Marseille.

Fodé Ndiaye : Après la prestation de Miss Sénégal, on a voulu enchainer très vite parce que la collaboration était déjà en place. Donc du coup on a enchainé avec le titre « Tony Mafé » déjà qu’on a sorti et que les gens ont bien accueilli le clip. On a continué sur cette lancée et progressé en composant de nouvelles chansons pour aboutir à la création d’un premier album. Je me rappelle quand je suis parti à Marseille en été 2019, on a pu accélérer la cadence avec la composition de nouveaux morceaux. Ce qui a abouti au projet d’album qui, je pense jusqu’à ce jour, est presque terminé et on prévoie stratégiquement de sortir le premier EP qui va annoncer les couleurs en début 2022 avant de sortir l’album en entier.

Tony Mafé : Pour faire une petite parenthèse, l’année 2019 c’était la création de l’album. Chronologiquement, début 2019 on a vu l’association des deux cultures, on l’a mis sur scène, on a ensuite sorti un single « Tony Mafé » qui a fait plusieurs milliers de vues. Malheureusement on a été stoppé par le Covid 19 ou c’était très compliquer de continuer le travail à distance. Mais la production n’a pas voulu lâcher, elle nous a fait confiance, Tapha Ndiaye le manager nous a fait confiance aussi et on attendu que la pandémie chute un peu tout peu pour qu’on puisse se revoir, sortir et continuer le projet pour le mettre en avant et sortir l’album.

Les influences musicales de TF Connection ?

Fodé Ndiaye : On fait de la world musique, mais c’est le rassemblement des deux cultures, parce que de son côté, Tony Mafé fait un peu de Pop et du reggae. Et si nous on est réputé faire l’afro folk, un peu d’acoustique et de tradi-moderne. Du coup c’est le mélange de ces deux cultures qui crée une atmosphère vraiment particulière et ça se voit sur le style.

Tony Mafé : Je pense qu’on a créé un style musical qui est le propre à moi dans le pop et dans le reggae et propre à Fodé dans son style à lui. Donc du coup très difficile à définir le style de musique. Donc on va dire un style de musique Dakar -Marseille.

Avez-vous des collaborations avec d’autres artistes ?

Tony Mafé : Oui sur Marseille on a Tristan LeKeys qui était un des membres de mon groupe L’Accent qui vient participer sur le projet du titre qui s’appelle « Troubling », il y a également des musiciens, des collaborateurs sur Dakar qui ont travaillé avec Youssou Ndour notamment Alain Obam saxophoniste et plusieurs dakarois d’où le concept Dakar -Marseille.

Spectacles à Dakar et Marseille ?

Fodé Ndiaye : On a joué dans plusieurs scènes dans le Molotov à Marseille, des cafés, des restaurants, à Dakar et les playoff à Saint-Louis et la dernière scène c’était avant-hier avec le festival Africa Fête à l’institut Français de Dakar, on vraiment fait une très belle prestation et le public a été réceptif

Tony Mafé : on peut même dire que la boucle est bouclée dans un sens parce que Africa Fête qui est un festival qui est sur Marseille et sur Dakar.  J’étais invité pour participer à ce festival sur Dakar. Et puis l’année prochaine on espère avec enthousiasme pour que Fodé puisse venir avec toute la troupe sur Marseille pour Africa Fête. 

La situation de la musique en générale entre la France et le Sénégal?

Tony Mafé : c’est très différent parce que c’est plus facile d’accéder à la musique à Dakar qu’à Marseille en terme médiatique. Par contre à Marseille on a quand même plus de choix au niveau des scènes, il y a beaucoup plus de festivals, de salles de concert, je ne compte même pas le nombre de concerts qu’on a sur Marseille. La collaboration peut-être se fait plus facilement sur Dakar et c’est peut-être plus évident mais pour tourner c’est peut-être mieux en termes de salles de concert et de visibilité à Marseille

Est-ce facile de faire la navette entre Dakar et Marseille ?

Tony Mafé : C’est très compliqué, on a la chance d’avoir une production qui nous donne un coup de mains financier pour venir sur Dakar et sur Marseille. Mais il faut savoir que ce ne sont pas des pays qui sont à coté, il y a de nombreuses heures de vol, des heures d’escale, c’est fatiguant, mais la musique est tellement importante, tellement une passion qu’une fois arrivée soit à Marseille soit à Dakar, on arrive à oublier tous les aspects négatifs du voyage. Beaucoup de personnes s’intéressent à notre projet qui rassemble les cultures pour avoir certains financements pour faciliter le nombre de va et vient. Généralement j’arrive à venir tous les 2 mois et demi voire trois mois à Dakar. De deux cultures différentes, de deux pays différents, de deux religions différentes, parce que la musique rassemble et c’est qui importe.

Fodé Ndiaye :  Pour moi la musique doit être libre. Ce n’est pas tout facile parce qu’après tout il y a le problème des visas, des problèmes administratifs, on est souvent confronté à ces facteurs et cela n’aide pas beaucoup pour la mobilité surtout les échanges.

Tony Mafé : c’est une collaboration ça va dans les deux sens. Que ce soit à Dakar comme à Marseille, il faut qu’il ait des aides des deux côtés tout simplement.

INTERVIEW REALISEE PAR CHEIKH COKA

Commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Haut