Ousmane Sonko : Des remous en perspective suite à sa dernière sortie

Après à peine deux mois passé à la primature de la République, les méthodes de l’ex-meilleur ami de l’ex-président de la République Macky Sall commencent à faire grincer des dents.

Seydi Gassama et Alioune Tine, membres de la société civile, qui pourtant étaient accusés de le soutenir secrètement ont vite fait de le rappeler, lui et son gouvernement, à l’ordre sur certaines questions où il semble être allé trop vite en besogne.

Sur le plan politique, Thierno Alassane Sall, Thierno Bocoum et Anta Babacar Ngom n’ont pas pris de gants pour demander au premier ministre de savoir raison garder. Le plus virulent d’entre eux, Thierno Bocoum estime que Sonko a « décidé de gouverner et de s’opposer en même temps ». D’ailleurs il commence son texte par un « Sacré Ousmane » assez révélateur de sa déception.

Anta Babacar Ngom enfonce le clou : « Si l'opposition et la majorité des Sénégalais sont restées aussi discrètes depuis votre élection, c'est qu'elles vous observent, mais surtout qu'elles vous accordent le temps nécessaire pour mettre le pays au travail. L'heure n'est pas à la politique, encore moins à cette politique politicienne qui privilégie les discours et les promesses plutôt que les actes concrets ».  

Elle finit sur un ton sévère qui sonne comme un appel à l’ordre : « Vous êtes désormais Premier ministre. Vous avez remporté l'élection présidentielle. Que vous le croyiez ou non, vous êtes maintenant au pouvoir ! Mettez donc le Sénégal au travail et faites moins de politique, au risque de remettre notre pays entre les mains de politiciens qui nous ont pris en otage ces dernières années. 

Actions speak lourder than words!! (Les actes sont plus éloquents que les mots – Ndlr) Le temps des discours est révolu ! Mettez-vous au travail ! ».

Le Syndicat des professionnels de l'information et de la communication du Sénégal (Synpics) a, à travers Maguette Ndong son chargé de communication, déploré ces propos tenus par le chef du gouvernement :

 "Nous avons suivi comme tous les Sénégalais la conférence publique d'Ousmane Sonko au Grand Théâtre. Mais ce qui nous a le plus surpris, c'est qu'il semble pointer du doigt la presse sénégalaise, en tout cas les journalistes de manière générale. Il profère, malheureusement, des menaces à l'encontre des journalistes". 

Mamoudou Ibra Kane qui a déserté les rédactions pour vêtir la toge d’homme politique y va de sa propre analyse : « Arrêtons-le à temps ! Parce que sans solutions pour la jeunesse, le Premier ministre verse dans la menace contre les libertés, les médias et les magistrats. Arrêtons ce premier ministre avant qu'il ne soit trop tard. Qu'il se le tienne pour dit : le peuple sera toujours debout pour dire NON ! ». 

Et l’ancien journaliste d’enfoncer : le face-à-face avec les jeunes au Grand Théâtre s'est transformé en une pièce de théâtre indigeste. « Sonko moy Diomaye ou Diomaye moy Sonko, la magie sur la jeunesse n'opère plus. Un vrai mélodrame qui paralyse déjà le Sénégal. Les jeunes sont sûrement déçus par la prestation ».

Adama GAYE, journaliste qui a été de tous les combats de Pastef s’indigne :  « Qui, pour arrêter l’éruption avant qu’elle ne se transforme en lave incandescente déferlant sur le pays pour le consumer ?
Trouvons vite des abris. Des menaces au nazisme noir, il n’y a qu’un pas…

Était-ce ça le fameux POROJET ?
Sa composante nucléaire provoque ce soir une panique générale. »

Le Forum civil par un tweet de son coordonnateur, Birahim SECK semble être sur la même longueur d'ondes et apporte sa part de vérité après la sortie polémique du président du parti Pastef, Ousmane Sonko. « Monsieur le premier ministre, votre rôle est d'apporter des solutions durables pour fortifier la presse et la consolider. Elle ne doit pas être, ni se sentir menacée »

Sonko appréciera ! Mais de grâce, il est temps pour lui et le Président Bassirou Diomaye Faye de rendre à ce vaillant peuple qui les a mis au pouvoir ce qu’ils leur doivent et leur ont promis c’est-à-dire : poser des actes forts pour son épanouissement. Le duo le plus célèbre du Sénégal ne doit aucun instant penser qu’il dispose de tous les pouvoirs pour intimider et faire taire ce peuple, le réveil risque d’être brutal.

Leurs prédécesseurs l’ont compris à leur dépens car ce peuple sait solder ses comptes.

Papis SAMBOU

Senepeople.com