Annulation du Débat d’orientation budgétaire : un coup d’épée dans l’eau

Contrôlé par Benno Bokk Yakaar, le bureau de l'assemblée nationale a annulé le Débat d’orientation budgétaire (DOB), qui était prévu ce samedi et devait porter sur le Document de programmation budgétaire et économique pluriannuelle.

Réponse du berger à la bergère?

Les initiateurs de cette décision répliquaient ainsi au Premier ministre, Ousmane Sonko, qui a récemment déclaré qu’il n’écarte pas de tenir sa Déclaration de politique générale (DPG) ailleurs que dans l’hémicycle.

L’annulation du DOB aura-t-elle un impact négatif sur les finances publiques ?

Selon deux spécialistes des questions parlementaires et anciens députés, interrogés par nos confrères du quotidien L’Observateur, la réponse est négative. «Le fait d’annuler le Débat d’orientation budgétaire est une violation de la loi, s’emporte Alioune Souaré. […] On ne peut pas reprogrammer le DOB parce que sa tenue est fermée dans les délais [il doit se tenir à la fin du deuxième trimestre de chaque année]. Cependant, la non-tenue du DOB n’aura pas d’incidence sur les documents. Le DOB n'est pas une étape de validation, c’est simplement un exercice d’information.»    

Théodore Monteil approuve : «Ce n’est pas comme en France où le débat d’orientation budgétaire permet aux députés de déplacer des crédits à l’intérieur d’un programme. Ici, au Sénégal, les députés n’ont pas le pouvoir de déplacer des crédits ou de créer un programme. Le DOB est juste une information qui leur permet de préparer le marathon budgétaire à venir. Il n’y aura donc aucune incidence.»